L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine (03/05/2010)S'abonner au fil RSS

Jean Michel Le Roy pour le Télégramme Auto


Vous cherchez un véhicule pas trop démesuré qui vous permettra d’aller en venir en ville, de vous emmener par tous les temps sur toutes les routes et chemins ? Vous n’aimez pas les grosses bestioles japonaises, coréennes ? Vous n’avez surtout pas le budget pour vous rendre possesseur d’une allemande ? Alors, allez faire un petit tour du côté du concessionnaire Dacia, ne cherchez pas trop, c’est toujours à côté d’un Renault. Pour le prix d’une citadine vous pourrez rouler en Duster. Sans doute un futur must.


L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine

 

Il ne faut pas être d’un âge sénatorial pour se souvenir de l’extrême embarras des hommes de Renault lorsqu’il leur fallut il y a un peu plus de six ans maintenant se faire à l’idée d’intégrer la marque Dacia dans leur environnement.

Avec des précautions de chanoine, ils présentaient une drôle de voiture pas trop sexy, avec des lève vitre à manivelle et une clim aux abonnés absents.

La Logan n’était  pas très belle, un peu exotique et, pas chic mais surtout pas chère. Les premiers essais nous rappelaient la bonne vieille R12.


L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine Dacia, un phénomène de la période


Peu à peu, la Roumaine devint un véritable phénomène. La faute à une situation terrible pour les couches populaires qui virent en une dizaine d’année chuter leurs revenus pendant que les propositions des grandes marques faisaient s’envoler les prix des voitures proposées alors sur le marché. Ce fut tout d’abord pour des raisons strictement économiques donc que s’installa la marque lowcost chère à Louis Schweitzer, le plus visionnaire sans doute des PDG de Renault de ces dernières années. 

Le break appelé on ne sait trop pourquoi MCV, bien moins ‘’moche’’ que la Logan et la Sandero complétèrent la gamme. De la discrète place au fin fond du show room des concessions, la place de Dacia changea et désormais, avant l’apparition sur le marché du Duster, les patrons des structures distribuant Renault et souvent Nissan, concèdent désormais une belle et bonne partie à la commercialisation de la roumaine avant pour beaucoup d’entre eux d’ouvrir de véritable ‘’boxes’’ dédiés à la marque des bords de la Mer Noire.

En deux temps trois mouvements, grâce à une stratégie basée sur les tarifs, Dacia a su s’imposer comme marque à part entière.Mais, on s’en est allé vers un paradoxe frustrant, les ouvriers qui fabriquent de belles et bonnes voitures françaises ne peuvent désormais acheter désormais que des véhicules fabriqués par des collègues roumains, turques ou marocains. La mondialisation n’a pas les mêmes conséquences pour tout le monde.


Toujours est- il que Sandero est aujourd’hui  la deuxième vente de voitures en France de ces derniers mois, devant la Clio 3 et la Twingo ! Un petit rappel qui relève sans doute un peu de l’autosatisfaction : nous écrivions il y a plus d’un an maintenant que nous l’élisions ‘’voiture de l’année 2009’’.


L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine Le Duster : Une nouvelle étape pour Dacia

 

Avec Duster, les dirigeants de Renault passent à la vitesse supérieure. Depuis pas mal de temps maintenant, le petit 4x4 ou 4X2, c’est au choix, était attendu comme le loup blanc. Prost a même su utiliser l’impatience des dirigeants pour concocter un programme de course sur glace dans les plus chics stations de sports d’hiver françaises.

Avec un prototype qui ne reprend que la forme extérieure de la Duster mais qui en a imposé l’image dans les médias. Commercialisé depuis peu en version deux roues motrices seulement, le dernier né de Dacia sait se rendre d’emblée sympathique. Le gabarit y est pour beaucoup.

C’est une petite voiture puisque sa longueur n’excède pas  4m 315 et sa hauteur est  à peu de chose près que les stars des SUV : le RAV 4 de Toyota  ou le Qasquaï de Nissan. Le Duster donne une sympathique impression d’homogénéité et il déclenche beaucoup de réaction de sympathie sur son passage Un signe sans doute. 

On est bien loin de la Logan et incontestablement, les patrons de Dacia ont compris que rigueur sur les tarifs ne voulait pas nécessairement dire bricolage stylistique. La patte Renault sans doute.

 

En s’asseyant à bord, on retrouve très vite l’environnement Dacia. Plastique sans doute trop durs, sièges un peu chips, pour le reste c’est très satisfaisant avec des commandes qui tombent bien sous les doigts, un aménagement sérieux et un confort somme toute fort acceptable. Nous avons pu essayer les trois versions, essence et diesel 4X2 et 4X4. On retrouve partout la même ambiance.

La version Prestige est sans doute bien plus intéressante puisqu’on s’approche alors des critères désormais habituels des voitures européennes. Bon, c’est vrai, on est quand même dans un environnement Dacia même amélioré.

 

L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine 

 

Une tenue de route de berline conventionnelle


Sur la route nous n’avons pu essayer que les 4X2, les deux 4X4 étant dédiées à quelques évolutions dans des bosses et des chemins tortueux. Avec la traction, le Duster se comporte comme une berline normale même si on se sent juste un peu plus haut que les autres usagers. On est loin de l’insonorisation idéale, même avec le moteur essence mais c’est néanmoins tout à fait honorable.

La tenue sur route bitumée est confortable, pas ou peu de roulis insupportable, le débattement augmenté des suspensions ne se ressent pas trop et le Duster est un véhicule tout à fait à son aise en circulation normale.

Le moteur essence 1600 cc 16 soupapes semble quand même bien moins à l’aise dans le Duster que dans la Clio 3. Par contre, le dCI 110 est la bonne solution . Du souffle, de la discrétion, c’est la bonne pointure pour rouler loin et longtemps.

 

En tout terrain, la petite taille et le faible poids relatif du dernier né de Dacia est un atout maître. Bonne capacité de franchissement, belles capacités à se mouvoir en conditions difficiles, le Duster sera sans doute le remplaçant de la Lada Niva, une légende pour les adeptes des cailloux. Il manque bien évidemment le blocage du différentiel mais le système Nissan est intéressant.

Avec en plus une première très courte, le Duster s’en sort pas si mal que ça quand il s’agit de s’en aller crapahuter. Devers, buttes, descentes rudes, le petit 4X4 est à son aise. À condition de ne pas aller vers les croisements de pont. À ce prix-là, il ne faut quand même pas en demander trop.

 

L’essai de la semaine : Le Dacia Duster, bon comme la Roumaine

 

Côté prix pas de surprise, 11900 € pour l’entrée de gamme, 18900 € quand même pour le dCi 4x4 en finition Prestige, on s’en ira sans doute vers les finitions Ambiance et Lauréate en 4X2 roues motrices pour la majorité des ventes. Pour les montagnards essentiellement, le 4X4 est un choix évident.

 

Duster est un véhicule simple, efficace et hyper placé côté prix, les conditions nécessaires et sans doute suffisant pour qu’il casse la baraque sur ce segment de marché. Un petit SUV homogène, pratique et fiable, Dacia risque bien de faire souffrir encore plus ses concurrents. 

 

 

LES PLUS

  • Le look
  • Le prix
  • L’efficacité sur la route et en tout terrain

LES MOINS

  • Pas de crise control, même en option
  • L’aspect un peu chip de certains équipements
LES PRIX

 

Prix d’entrée de gamme à 11 900 € pour le 1.6 Essence 16V en 2 roues motrices jusqu’à 18 900 € pour le 4X4 en finition Prestige
DUSTER EN CHIFFRES

Moteur : 1560 cc

Cylindres : 4
Puissance : 105cv pour l’essence, 109 pour le diesel
Couple : 148N/m à 3750 tr/mn pour l’essence, 240 N/m pour le diesel
Boîte de vitesse : 5 rapports manuels

Longueur : 4m 315

Largeur(sans retro): 1m 822
Hauteur (avec barres de toit) : 2m

Poids en ordre de marche : 1160 kgspour le 4X2 essence,

                                                    1250 kgs pour le 4X4 essence,

                                                    1180 kgs pour le 4X2 diesel,

                                                    1294 kgs pour le 4X4 diesel

Performances : environ (non mesurée) 165 km/h

Consommations : 5,5 litres en usage mixte


Jean Michel Le Roy

Déposez votre annonce
Vendez rapidement

Créez votre annonce. Vendez rapidement en touchant des milliers d'acheteurs potentiels grâce à l'efficacité du Télégramme.